01 - 02 - 03 - 04
05 - 06 - 07 - 08
COMMUNES

Créé 14/10/14
Retour page précédente

Index des communes
@ - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z
Index des cantons
@ - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Argentat, dans le département de la Corrèze (19)

Cartographie -- Bourg -- Eglise -- Album -- Reportages
Visite Guidée -- Circuit du Patrimoine -- Cartes postales


20/09/12 - Photo Jean Fioroni


2235 Ouest
Homonyme(s)
aucune

Jumelage(s)

Sakal (Sénégal)
Bad König (Allemagne)

Label(s)
?
(voir index des labels)

La ville d'Argentat s'est lovée à la naissance d'une plaine entourée de nombreux puys et plateaux; cuvette creusée par la Dordogne et ses affluents : le Doustre, la Maronne et la Souvigne. Son histoire est étroitement liée au franchissement de la rivière par l'axe protohistorique Armorique-Méditerranée.
L'étymologie latine incertaine d'Argentoratum signifie : Passage du fleuve. L'oppidum du Puy du Tour puis la villa ou le vicus gallo-romain de Longour (quartier nord d'Argentat) sont certainement à l'origine de la ville. Argentat assure l'interface entre le Quercy-Bas-Limousin, plus largement l'ancienne Aquitaine et le haut pays de l'ancienne Auvergne. Le premier fournissait l'huile, le vin, les noix sans oublier le sel indispensable aux troupeaux auvergnats, l'autre principalement des merrains, des carassonnes, du bois d'oeuvre, beurres, fromages et peaux. La Dordogne en était la grande voie commerciale. Les aménagements routiers du 18ème s. confirment ce rôle de trait d'union et complètent idéalement l'impétueuse rivière. Un atelier monétaire mérovingien fonctionnait à Argentai pour faciliter les transactions. Ce trafic pluriséculaire mobilisait une partie de la population. Au 17ème s., on relève de multiples professions artisanales : muletiers, corroyeurs, maîtres de poste, maréchaux-ferrants, bourreliers, tanneurs, gantiers, teinturiers, cordonniers, sabotiers, chapeliers, rneirandiers et tonneliers. Certains toponymes évoquent encore ces métiers : "Afachadour" (d'afachar qui signifie tanner le cuir, la ville étant particulièrement bien alimentée en eau), le "Basteyroux" (quartier des artisans fabricants de bâts pour les bêtes de somme; le transport se faisait à dos de mulet). Au 10ème siècle, Argentat, centre d'une vicairie, est déjà qualifiée de "ville murée". L'abbaye de Carennac (Lot) y installe en 1075 un prieuré clunisien. Jusqu'à la guerre de Cent ans, les maisons s'agrègent autour de l'église prieuriale et du fort, "lefortalicum". Le domaine d'Argentat, en marge des possessions de St-Géraud d'Aurillac, relève néanmoins de la juridiction de la vicomté de Turenne. Contrairement à Beaulieu sur Dordogne et en raison de sa position de marche de la principauté, la ville ne bénéficie d'aucune charte de franchise.
Deux accès commandaient l'entrée dans ce bourg "ecclesio-castral" : la porte Sobrane au nord et au sud la porte basse qui ne fut démolie qu'en 1842. L'enceinte primitive fut doublée avant
1586 d'une seconde enceinte percée elle-même de quatre issues détruites en 1766: portail des Condarnines, Lavergne, Sainte-Ursule et la Vaurette. La ville, au cours de la guerre de Cent ans, a vraisemblablement subi les assauts des Anglais relayés par les grandes compagnies qui dévastèrent le pays. Pourquoi fut-il nécessaire de reconstruire entièrement l'église précisément à cette époque? Sa dernière fondation étant l'initiative, en 1875, d'Auguste Lestourgie. Du Moyen Âge à la Révolution, la noblesse possédait son château à l'extérieur du bourg, et souvent une maison de ville (cas fréquent à Collonges la Rouge, Beaulieu sur Dordogne, etc) qui se distinguait par une tour d'escalier en milieu de façade. Place importante du protestantisme au 16ème siècle, Argentat possédait son temple et ses ministres. Après les guerres de Religion, les revenus des fiefs changent de main et enrichissent la bourgeoisie locale. Deux siècles de prospérité, encore lisibles sur les façades des demeures, s'annoncent. Par imitation, elles se dotent de tours et poivrières. Les maisons les plus anciennes sont élaborées avec un étage à pan de bois en encorbellement. Autre tradition architecturale : les maisons à galerie (le bois bordant les quais. Elles constituent un site inscrit. Ces balcons sous toits à forte pente se chevauchent et s'entremêlent de façon homogène. Celles des n° 24 et 26 de la rue du Jardin Public sont certainement les plus anciennes. Le chaume casquant les toits fut assez rapidement interdit dans le noyau urbain. On le remplace dès le 16ème par des feuilles de schiste. Des carrières de lauzes existaient au Basteyroux et aux alentours de la ville. Ici comme ailleurs, l'architecture est déterminée par le milieu et ses matériaux. Si l'arrivée du chemin de fer, les mutations économiques ont peu à peu détourné la ville de son ancien centre nerveux, aujourd'hui le tourisme renoue pleinement avec la Dordogne.


10/09/12 - Photo Jean Fioroni

Aux alentours :
- Mégalithe dit de la Grave de Roland. Sur la route de Monceaux sur Dordogne, peu visible aujourd'hui.
- Enceinte défensive gauloise au Puy du Tour où l'on a découvert des monnaies, de la poterie et les grands clous de fer de charpentes de cabanes
- Le château du Bac
- Grange double au quartier de l'Hospital. À chaque extrémité du mur gouttereau nord, ouvertures pour le bétail placées à côté des portes charretières dormant sur le fenil. Une vocation double qui s'est maintenue jusqu'à nos jours puisque ce long corps de bâtiment appartient à deux propriétaires distincts. Grange jumelle.
- Du quartier de l'Hospital au quartier du Basteyroux, la route longe la Maronne. Très agréable par la farandole de rionnets qui dévalent en cascade vers la rivière. Deux maisons avec galerie de bois (loggias). À l'entrée de ce hameau : grange auvergnate étroite mais toute en hauteur. Dans le bourg maisons avec arcs en accolade.
- Sur la Souvigne, à l'est d'Argentat, Moulin-Bas cité dès le 15érne siècle. Bâtiment élégant avec balcon et pavillon d'angle dans un style local très affirmé.



10/09/12 - Photo Jean Fioroni

Visites guidées d'Argentat
1- Visite Guidée
2- Circuit du Patrimoine

Genèse des maires d'Argentat
J-Claude Leygnac 2014-2020
François Bretin (1) 2014-2014
René Teulade ?-2014
(1) Par intérim

Démographie d'Argentat



Mairie
Tél. 05.55.28.10.91 - Email

Office de Tourisme
Tél. 05.55.28.16.05 - Email

Centre Socioculturel
Tél. 05.55.28.10.91 - Email


EHPAD (maison de retraite)
Tél. 05.55.28.18.93 - Email


Cinéma 'le Turenne'
Tél. 05.55.28.10.91 - Email


Médiathèque
du Pays d'Argentat
Tél. 05.55.28.10.91 - Email

Mémoire d'Argentat

Cartes Postales

Album Photo

Reportages
Hébergements
Restauration

Associations


Recensements

Monuments
aux Morts
Culte

Informations géophysiques pour Argentat
latitude
longitude
altitude
altitude
altitude
superf
dens
Code
Code
nord
est
min
max
déniv
km²
2013
Insee
Postal
45-05-39
01-56-19
166
441
275
22,41
133
19010
19400
Ethonyme/Gentilé : Argentacois(es)

Argentat, dans le département de la Corrèze (19)

Cartographie -- Bourg -- Eglise -- Album -- Reportages
Visite Guidée -- Circuit du Patrimoine -- Cartes postales

Index des communes
@ - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z
Index des cantons
@ - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

01 - 02 - 03 - 04
05 - 06 - 07 - 08
COMMUNES Retour page précédente