01
CHATEAUX

Créé 24/05/21
Retour page précédente
@ - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z
Voir généralités sur les châteaux, maisons, fortes, etc.

Château de Losse - Photos Jean Fioroni

Commune Dép. Type Etat Construction Destruction  
Mayquay Thonac (24) Château Habité XIe - Privé,Visitable


IGN 1984
N 45-01-46,2 E 001-07-47,2


Bâti sur les rives de la Vézère,
Losse est, à l’origine, une place forte médiévale
du XIème siècle.
C’est à cette période que la famille de Losse,
originaire de Bruges en Flandres,
s’établie dans le Périgord
et construit le château.

Inscrit MH partiellement, 1944
inscrit MH, 1972
Il semblerait que ce soit un cadet de la famille de Losse, qui, cherchant des terres, est venu s’installer dans la Vallée de la Vézère où il a prêté allégeance au seigneur de Montignac (24).
Les membres de la famille de Losse se sont illustrés militairement auprès des rois de France. L’un de ces membres a d’ailleurs participé à la Bataille d’Azincourt (1415).
C’est avec le Marquis Jean II de Losse (1504-1579), époux de Anne de Saint Astier, que cette tradition de service militaire va connaître son aboutissement. D’abord entré au service de François Ier (1494-1547, règne 1515-1547 )en tant que page, il s’est illustré au cours de combats face à Charles Quint (1500-1558), empereur 1520-1556). Nommé gouverneur dans le Nord de la France, il a eu pour mission de défendre des places fortes dans cette région contre les troupes impériales de l’empereur du Saint Empire Germanique. Il a ensuite continué à servir la couronne de France sous les règnes d’Henri II (1519-1559, règne 1547-1559) puis des fils de Catherine de Médicis (1519-1589, régente 1560-1563, reine 1547-1559) : François II, Charles IX et Henri III).
Il a été premier capitaine français de la garde écossaise du Louvre sous Charles IX (1550-1574, règne 1560-1574) et en 1578, il fut décoré de l’Ordre du Saint-Esprit par Henri III .(1551-1589, règne 1574-1589) Enfin, il fut précepteur du futur Henri IV. (1553-1610, règne 1589-1610).

Après une carrière militaire bien remplie auprès des différents souverains, c’est en 1573 que Jean II de Losse a retrouvé son château lorsqu’il a été nommé gouverneur du Limousin et du Périgord. Ayant retrouvé un château de type médiéval complètement démodé, il prit la décision de le moderniser dans le style Renaissance de l’époque afin de le rendre plus agréable à vivre. Des fenêtres ont été ainsi percées à la place des meurtrières médiévales, et une toiture en lauze a été ajoutée au-dessus des tours et des chemins de ronde médiévaux. Un jardin de plaisance de style italien a été accolé au Grand Logis pour répondre lui aussi à la mode de l’époque.

Extrait de flanerlire.fr


04/12/19


04/12/19

Histoire de Losse.
Les origines d’un lignage et d’un domaine (XIIIe-début XVIe siècle).

Les premières mentions de la famille de Losse, lignage de milites castri rattaché au castrum de Montignac, remontent au XIIIe siècle : en 1248, Guillaume de Lossa est l’époux de Ricarde de Rupe et teste en 1274 avant d’être enterré dans l’église Saint-Pierre de Montignac ; en 1290, Pierre Ier de Losse est le garde du sceau de Renaud de Pons, seigneur de Montignac. Comme de nombreux autres lignages de la châtellenie (les Ferrières, Féletz, Arnauld…), celui de Losse possède alors dans la petite cité sa demeure principale, la domus de Lossa (1299), aussi appelée hospicium et ortus [hôtel et jardin] de Losse (1462, 1484), située dans le canton nord-est du barri du chef du Pont, soit le faubourg de la rive gauche de la Vézère ultra pontem de Montinhaci, dans la paroisse de Brenac. Les Losse y possèdent également à proximité un moulin, au bord de la Vézère, mentionné dès 1210. Cette demeure citadine fut souvent confondue par les auteurs avec le fief situé à Thonac, qui n’apparaît dans les textes que tardivement, d’abord sous le nom de 'Peyra Talhada'en 1478, puis sous celui 'de Losse' à partir de 1541.

Du XIIIe siècle date sans doute en effet la création d’une seigneurie à Thonac. Au cours de ce siècle, le seigneur-châtelain de Montignac commence à concéder en fiefs des portions de son territoire à des membres de la chevalerie de son entourage, domicelli ou milites castri, afin de protéger par des points d’appui sûrs son organisation castrale. La Bermondie est le premier de ces domaines dans la paroisse de Thonac cité dans les textes, mais Peyretaillade (alias Losse) et Belcayre ont pu être créés au même moment : ce sont les trois plus importantes seigneuries de Thonac. On en veut pour preuve que ces deux dernières occupent des sites éminemment stratégiques, qui fonctionnaient comme des verrous sur la Vézère à la remontée vers Montignac : ainsi placés à l’intersection de cinq anciennes paroisses, Thonac, Saint-Léon, Sergeac, Valojoulx et Montignac, et en surplomb sur la rivière, les deux sites, certainement fortifiés, protégeaient et contrôlaient – par des péages ? – le trafic fluvial en même temps qu’ils verrouillaient l’accès aux paroisses précitées. De ce premier édifice dressé sur le rocher naturellement entaillé qui lui a valu sa première appellation, rien ne semble subsister aujourd’hui.

Réginald de Losse, qui avait épousé Marguerite de Valle, rend hommage à son suzerain pour ses possessions dans la châtellenie de Montignac, sans plus de précision, en 1370, puis après lui son fils Adhémar en 1386, en 1396 et encore en 1400, puis son petit-fils Jean Ier de Losse en 1412. Succède à ce dernier Frénon Ier de Losse, capitaine d’une compagnie de gens d’armes, marié à Marguerite de Ferrières en 1425 et mort à la bataille de Montlhéry, opposant le roi Louis XI (1423-1483, règne 14661-1483) à la ligue du Bien public, en 1465. Frénon II de Losse, son fils, lui succède au service du roi comme officier des archers de Louis XII (1482-1515, règne 1498-1515) ; il rend à son tour hommage pour tous ses biens dans la châtellenie de Montignac, notamment « de sa maison de Pierretailhade, avec sa boerie » en 1478 et épouse, deux ans plus tard, Antoinette de Carbonnières de Pelvézy. Le 26 juillet 1506, Frénon II apparaît encore, comme témoin, lors du mariage Jean de Bideran à Jeanne des Martres, fille de Jean des Martres, seigneur du château voisin de La Salle, à Saint-Léon-sur-Vézère. C’est peut-être à Frénon II de Losse que l’on doit la construction d’un nouveau logis au nord-est du château actuel, mais qui fut ensuite dérasé lors de la création de la grande terrasse sur la Vézère : quelques vestiges (une croisée et une porte, murées) sont encore en place dans un ancien mur gouttereau, l’actuel mur de soutènement nord de la terrasse. Frénon II de Losse, mort sans doute peu après 1506, semble être le premier membre de la famille à être inhumé dans l’église paroissiale de Thonac.
Généalogie par Jean Fioroni

Pierre II de Losse
hérite à son tour et se marie le 15 janvier 1507 (n.st.) à Anne, fille de Jean de Saint-Astier, seigneur de Lieu-Dieu à Boulazac et de Verzinas. Engagé dans les guerres d’Italie auprès de François Ier, Pierre II meurt avec son fils aîné Frénon III de Losse en 1515, près de Milan, sans doute lors des escarmouches qui ont précédé ou suivi la bataille de Marignan (1515).

Extrait de dossiers-inventaire.aquitaine.fr




Quelques repères pour la période de la généalogie ci-dessus (1290-1579) :

FRANCE :

0987-1328 Les Capétiens
1328-1475 Les Valois

0892-1291 Les Limoges
0910-1331 Les Comborn
1000-1482 Les Ventadour
1096-1270 Les Croisades
1098-1289 Etats Latins d'Orient
1129-1314 Les Templiers
1144-1360 Période des Bastides
1191-1328 Inquisition
1337-1543 Guerre de Cent Ans
1412-1431 Jeanne d'Arc
ANGLETERRE :

1066-1154 Conquêtes Normandes
1154-1399 Les Plantagenêts


04/12/19


04/12/19


04/12/19


04/12/19

Château de Losse - Photos Jean Fioroni


01
CHATEAUX Retour page précédente
@ - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z
Voir généralités sur les châteaux, maisons, fortes, etc.